vendredi 9 novembre 2018

[Fallout] Boum, boum, boum, ma 'tite bombe fait boum, boum, boum...

Bonjour à tous, survivants des terres désolées de l'Amérique !

Aujourd'hui, je reviens vers vous avec du Fallout, du bon, du beau plastique coloré de l'après guerre, fringuant et décidé à explorer le monde !
Car si jouer est une bonne chose, jouer peint est quand même l'objectif à atteindre. Dans un jeu qui se veut immersif, il y a ceux qui joue avec le matériel sortit de la boite et trois canettes de bière... Et ceux qui peignent leur figurines mais joue quand même avec trois canettes parce que bon, le décors, c'est...
...
...
Bon.
Ok.
Oublions ça, voulez-vous ?

Dans tous les cas, ça y est, le starter de Fallout Wastland Warfare est peint, et entièrement. Et, oui, j'en suis fier parce que ça ne m'arrive pas souvent en fait... On trouve son bonheur ou on peut.

Commençons notre exploration par le coté humain de la chose. Pire que des cafards, l'humanité à survécus à l'apocalypse atomique, et continue de poser ses pieds sales dans l'assiette pleine de la vie.
Nous avons donc la Survivante, fraichement (ah ah) tirée de son Abris et son compagnon à quatre pattes.


Mais nous avons également deux colons, vêtus de ce qu'ils ont pu trouver et équipé d'armes aussi vétustes et bricolées qu'indispensables pour protéger leur vie.


Ensuite...
...
Heu... C'est moi, ou il y a comme un bruit ?
...
Non ?
J'ai du me tromper, alors.

Bon, donc... Viennent ensuite un esclave et un paladin de la Confrérie. La dénuement et la rusticité la plus totale face aux dignes héritiers du savoir d'avant apocalypse...  En tout cas, n'allez pas dire le contraire. Ces gars là on la gâchette facile.


Ensuite...
...
Non, mais le bruit, là...


Who put*** !
C'était quoi, ça ?
...
J'aime pas ça... On va accélérer la cadence, ok ?

Donc, ensuite, viennent les horreurs que les terres désolées ont à jeter au visage d'une humanité bien mal en point. Super Mutants et molosses tout droit sortit d'un rêve humide de Satan sont de parfait antagonistes en terme de jeu : grand, costauds, stupides.
Et ne vous inquiétez pas : même s'ils vous entendent, ils ne comprennent rien à rien.
Grand et bêtes, vous disais-je.


Bon, et bien nous y somme...
...
A moins que...


OH MON DIEU !

En effet, n'oublions pas la pire des horreurs que le monde irradié ait pu engendrer : le Griffemort.  Aussi imposant que redoutable, mieux vaut passer au large sous peine d'y rester.

Bref, un starter terminé, ça fait plaisir. Il sera bien suffisant pour les premiers scénarios joué, en attendant que je peigne les différentes boites de bases pour les trois factions sorties. Et puis ensuite, je m'aventurerais sur des terrains plus étranges : créatures radioactives, robots fou...

Enfin, du classiques dans un monde ravagé par la guerre, non ?
Ne manquerait plus que des ET, tiens !


Oh.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire